lundi 29 avril 2019

Écran total




Il fait froid, c’est un fait. Il fait enfin froid.
On l’avait demandé pour Noël, ce polaire, et on a été exaucés, mais avec quelques jours de délai, le temps qu’il arrive.
Et même si c’est intense, même si le vif est au visage ce que la neige est au sapin, une question se repose, c’est à dire qu’elle revient sur le tapis :
“Comment éviter d’être engoncé ?”
Car même si l’on veut alors regarder un ciel qui ressemble à quelque chose, qui se ressemble et s’assemble en un hiver pas douteux, même si ceci même si cela, demeure ce souci existentiel d’avoir chaud dedans tout en étant dehors, et en pouvant se mouvoir.
Ne pas se sentir en visite sur la Lune en sortant de chez soi, cela se travaille.
Il y a toujours un moyen de rebondir, et de palier entre deux étages à une impasse.
En premier état des lieux, je mets une doudoune ultra light Uniqlo sous le pardessus.
Cela fait un écran total, brise les courants d’air, c’est invisible, cela ne jure pas, et je peux encore plier les coudes.
En deuxième état des lieux, en argument contraire à l’air ambiant, je porte de grands châles au dessus du pardessus. (Certains diraient des “couvertures”. Qu’ils osent. C’est un différend de vocabulaire, mais les mots ne signifient pas la même chose pour tout le monde).
Je porte de grands châles, et qui habillent, et qui enrichissent, ce qu’ils ont à cacher et qui leur sert de fond. Et ils me laissent les bras pas ballants mais dégourdis, des bras disponibles et spontanés.
(Celui ci, vient du Dolpo (Népal), et j’en avais vu de rares exemples dans un livre, et je m’étais dit que jamais je n’en toucherais un du bout du doigt.
Et puis j’ai demandé qu’on m’en rapporte un, si l’occasion se présentait, du Toit du monde, et c’est chose faite).
Ce sont mes deux atouts envers et contre l’adverse climat.
Et face à eux, cette température née de la dernière névé ne tempête plus.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire