lundi 29 avril 2019

Est ce grâce docteur ?




Il y a des vêtements à part, qui nous font la part belle.
Ils sont un peu à côté. Un peu déplacés face au quotidien.
Sans gravité, mais un peu insensés.
Ils pourraient friser de ridicule.
Parce qu’ils sont trop. Et un peu dingues sur leur bord.
Mais ce qu’ils sont, c’est de la timide témérité.
Ils donnent cette force légère qui manque parfois.
Ils font le travail à notre place, pour les jours où nous n’avons pas la vigueur de nous porter tout seuls, où nous n’avons pas l’éloquence de rigoler avec les dents ; et cette difficulté, cette contrainte à gérer, oblige le corps à réagir, et à se relever au lieu de s’alourdir, et à se marrer de ce pavé dans la marre qu’il s’impose.
Ils sont une béquille sur laquelle s’appuyer, de la consistance quand on se sent friable, car quand ils s’amènent et qu’ils alpaguent, la réaction des regards c’est de la tendresse vers celui qui ose avoir du cran comme ça, de porter une chose aussi risquée.
Ce qu’ils offrent, c’est de la grâce ajoutée.
Et ils le font gracieusement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire