lundi 29 avril 2019

Faire tapisserie




Parfois. Et même en aimant la mode jusqu’à la camisole, on a l’envie de camouflage.
Ce sont ces jours où l’on se sent branlants, et non branle bas de combat.
Des jours où le panache de porter haut notre habit de moine, s’affaisse.
Des jours où cela manque de sens.
Des jours où l’on préfère être passant inaperçu, et déserteur de nos plus fiers vêtements.
Ces jours là nous arrivent comme une météo, comme un mauvais pied,
comme une vitre terne.
Des jours où l’on se planque pour se fondre.
Des jours où l’on veut être homogène à la foule.
Il faut s’y plier, se mettre en quatre pour se ranger un peu.
Ces jours là sont permis, et souvent ils reçoivent nos corps dans nos chrysalides,
nos choses réconfortantes comme les baskets et leurs miettes,
le pantalon qui ne fait pas de vague, le pull grand over.
On met la poussière sous la tapisserie. La jachère ça restaure.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire