lundi 29 avril 2019

La mode d’emploi (2) : s’offusquer de “s’offrusquer” ?




S’habiller pareil plusieurs jours affiliés, est ce que c’est grave ?
Ce n’est pas grave.
Je dis ça parce que je le fais souvent.
J’abdique face à l’armoire.
Je m’arrange avec mes trahisons.
Par flemme, par flegme, on se répète.
On imite hier.
Nos penderies n’étant pas des cornes d’abondance, lorsque l’on trouve un assemblage qui nous nomme, on se copie. On se réplique. Jusqu’à s’en lasser.
Et on recommence.
S’habiller pareil c’est stationner dans une humeur, celle de la veille et du lendemain.
Changer, c’est se changer, se changer soi même, se renouveler.
Parfois on en a le besoin, parfois on le craint.
En prenant de l’âge, on a même l’envie (c’est ma mère qui le dit) de ressembler à l’année dernière, plutôt qu’à l’année prochaine.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire