lundi 29 avril 2019

La mode d’emploi (6) : Tarte ou pas tarte ?




Avoir l’air tarte.
Ce qu’il y a, c’est qu’on s’en rend compte toujours trop tard, une fois bien parti de chez soi, une fois dans le métro, ou arrivé à son rendez vous.
On le voit dans le reflet d’une vitre qui nous alpague, ou dans les yeux du dit rendez vous.
C’est quand ça cloche, quand ce que l’on revêt ne s’accorde pas, quand on a voulu trop en faire, trop en mettre à la fois.
Quand il y a et la chantilly, et les fleurs de pâte d’amande, et la cerise sur le gâteau.
Au moment où c’est une évidence, que l’on se sent ridicule, on voudrait se mettre sous le tapis avec la poussière. On voudrait disparaître, juste le temps que cela s’oublie.
Et c’est là que ça coince.
Car en réalité, nous n’avons pas l’air tarte du tout.
Et ces choses que nous portons ensemble pourraient nous combler, un autre jour, en un autre lieu.
Mais aujourd’hui, nous le croyons, que c’est tarte.
Parce que ce reflet est arrivé dans une seconde de doute, et nous a fait s’ébouler notre confiance.
Nous n’assumons plus.
Et tout le secret est là, dans le fait d’assumer.
Tout est possible, à toutes les audaces, pour celui qui s’assume.
L’absurde n’apparaît que lorsque l’aplomb disparaît.
Alors, lorsque se pointe ce point d’interrogation, ne pas se laisser distraire, et garder notre culot.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire