dimanche 28 avril 2019

Le garde-robes




Il y a des jours comme ça, je voudrais ne pas sortir de mon dressing. 
Je suis écrasée par tant de possibilités, tant de combinaisons à la porte de ce coffre fort. 
Je dois m’habiller, mais je voudrais pouvoir tout mettre à la fois.
Comme si c’était le dernier jour.
Trop de choses me font la fibre douce. Trop me tendent les manches.
Un puzzle. Une énigme.
Et tout ce que je croyais tangible, se retrouve flexible.
Je suis là, à l’aune de l’armoire, je contemple, je ne bouge pas.
J’ai peur de troubler leur conversation muette.
J’ai peur de ne pas agripper le bon fil, pour sortir saine et suave du labyrinthe.
Et pour en finir, je m’habille comme hier ! Demain est un autre jour !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire