lundi 29 avril 2019

Le réveil du printemps




Il n’est pas là encore. Pas tout à fait. Il hésite encore. Il s’hésite. Il se fait mériter.
Et les jours en ont le ciel et la nature qui démangent.
Les oiseaux ne savent plus comment chanter, ce n’est pas clair.
Alors ils osent crier, puis ils écoutent cette voix tue depuis l’automne, comme une chose toute neuve qu’on leur aurait offert. Et ils recommencent.
C’est après l’hiver et c’est avant le printemps.
Ce n’est plus l’hiver, ce n’est pas encore le printemps.
L’azur est bleu, on se fait avoir. Il est bleu mais l’air n’a pas l’air de vouloir le suivre pour l’instant.
Il fait un temps qui ne sait plus sur quel nuage danser. Et le nuage claque d’un coup.
C’est le bazar, ça ne sait plus comment s’élancer après le calme plat de grand froid.
Alors ça s’ébat et ça dérange tout comme un grand chien dans un jeu de quilles.
Et nous pareil. On ne dormait pas ces derniers mois. On n’hibernait pas.
Mais quelque chose de nous dormait.
Quelque chose de nous avait fini par se plier à l’attente de la lumière.
À en oublier le but de cette attente, à être hypnotisé par l’attente même.
À s’y résoudre.
Mais cette lumière est revenue, et elle nous exige et nous invite à nous secouer.
Elle est là et c’est intenable de ne faire que la regarder à travers une fenêtre.
On veut aller l’accueillir.
Aller dehors participer à ce grand chantier qui n’a lieu qu’une fois par an.
Les chevilles et les cous veulent déjà être téméraires et s’exhiber avant tout le reste. On omet une écharpe.
On a la tête un peu hagarde de celui qui s’éveille, un tournis.
On est comme ces oiseaux, on redécouvre comment c’est quand il fait beau.
C’est le réveil du printemps.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire