lundi 29 avril 2019

Les couleurs des années 50




Je ne suis pas née à la bonne époque. Les mœurs, le vestimentaire…
Et lorsque je regarde cet échantillon des années 50 de ma grand-mère…je salive-j’écume-je tempête.
Je veux les mêmes teintes, la même qualité des teintures au summum, exaspérées, comblées.
Qui se fanent comme les fleurs, avec panache, et jusqu’auboutisme.
Cette saturation des rythmes, la palette du “Jazz” de Matisse.
Je retrouve ça quand je voyage hors occident (en Inde, au Maroc…), toutes les tonalités sont exacerbées, les pigments sont francs, le noir est absent presque. Les êtres les agencent sans y penser, sans règles de “color block” ou autre, sans consommation, juste parce qu’ils ont peu, et qu’ils font avec ce qu’ils ont, et leur audace est “absolu”.
Et lorsque je regarde mes sandales libanaises Liwan (rue Saint Sulpice), mon visage se colore. Elles ont cette tonalité, cette carnation, cette bravoure de l’éclat, cette franchise insolente. Gouache.
Ce sont des souliers d’aplomb, aux pieds de personnages d’enluminures.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire