dimanche 28 avril 2019

Les vêtements armures




Il y a ce que je nomme les “vêtements armures”.
Ils sont les cuirasses, cuirassés.
Ce sont ces vêtements qui donnent de la force, qui protègent, dans lesquels quelque soit le jour et l’humeur, on se sent infaillible.
Ce sont ces vêtements qui permettent d’affronter beaucoup, et de traverser le jour sans ciller ni sourciller.
Ce sont ceux qui viennent immédiatement à l’esprit quand on y songe.
Pour beaucoup, ce vêtement est le jean. Je peux le comprendre, le jean est devenu le cocon, la chrysalide des corps.
 Mais chez moi il n’y aucun jean. (Si, je mens, il y en un vintage qui était à ma mère).
-Le premier qui me vient à la tête, là, tout de suite, c’est un manteau, un incroyable manteau Isabel Marant, taillé dans un tissus traditionnel du Rajasthan. 
Ce manteau, c’est la plus armure de mes armures, dedans il ne peut rien m’arriver, rien m’éreinter, j’y suis une chevalier. Il est un châle pour couvrir un soir d’été frisquet, il est une parure ajoutée sur 3 doudounes l’hiver. Il est si fort visuellement, qu’il en est infranchissable.

-Le deuxième vêtement armure, est un immense manteau d’homme (encore un manteau), gris chiné tweedé, beaucoup trop grand pour moi, et qu’une retoucheuse (que je ne venais pas du tout voir à son propos) m’a suggéré, perplexe, de ” reprendre-cintrer-pincer ” ; elle n’a reçu de moi que des protestations. Car évidemment, si je le porte si grand, c’est bien par choix (j’ai un manteau à ma taille dans mon dressing, merci ! ).
 Ce manteau là, ce sont mes ailes, mon enveloppe, mon air brassé, ma carrure, et je m’y imagine géant.

Il y en a d’autres, il y a ceux qui vont et viennent ; mais ces deux là, ce sont mes compagnons, mes bons copains qui jamais ne déçoivent, ne m’ont jamais trahie, n’ont jamais faibli. (triple pléonasme dans cette phrase, bien voulu).





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire