lundi 29 avril 2019

Mon Louise Bourgeois




C’est une fois où j’étais allée chiner avec mon père, il y a quelques mois, en province. Et j’étais bredouille (pour tout un chacun chineur, vous savez à quel point c’est enrageant, de rester le sac vide ! ).
Et puis nous nous sommes arrêtés sur la route, chez un antiquaire qu’il connaît. Et puis là cette rencontre. Et puis là j’ai vu accroché ce tableau. Et puis là mon cœur n’a fait qu’un tour. Et puis là je savais que je rentrerai comblée.
Une trame-toile transparente, montée sur châssis, et cousus dessus, des bribes de tapisseries, éparses, au feeling. (À en croire le tampon en haut à droite, c’est un échantillonnage réalisé pour l’exposition universelle).
À cause de la tapisserie, et de sa mise en page si audacieuse, Je l’appelle mon Louise Bourgeois. Et je rêve.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire