lundi 29 avril 2019

Sous nos climats




Cette tenue Miu Miu de l’hiver présent, me hante et fait des allées et venues dans mes méninges.
Pas la tenue complète (pas les cheveux ni le maquillage, pas les jambes nues, pas les talons), un recadrage qui ne comprend que la robe et le pull.
Cette robe, éclairée du lurex, une robe en bretelles d’un soir d’été, portée sur un pull pigmenté de skieuse des années 50.
Je me poste devant mes étagères, et j’essaye d’en faire une copie qui ne soit pas pâle.
Car cet assemblage, fait résonner l’un de mes leitmotiv vestimentaires.
Cet assemblage aurait pu, pourrait, être celui de la petite de “L’Amant” si elle avait vécu dans un pays froid d’hivers.
Il y a cette même insoumission aux lieux, au contexte, au pratique, à la météo.
Il y a cette même audace juvénile, à porter ensemble des éléments discordants.
Il y a cette même volonté à porter une chose aimée en toutes circonstances, à l’exhiber comme une fierté.
Dans le livre, ce sont les souliers de bal, et le chapeau d’homme.
Ici, c’est cette robe brillante malgré le jour grisé de lugubre et de ciel bas, portée au dessus de l’utile, au dessus du pull.
C’est la tenue de la petite, si “L’Amant” se déroulait sous nos climats.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire