lundi 29 avril 2019

Un lieu, dis




Comment se fait il que parfois, l’on se sente chez soi dans un lieu qui ne nous appartient pas, avec lequel nous n’avons aucune affiliation.
Comme si ce lieu appelait en nous quelque chose d’inconnu, d’enfoui, qui se mettait à découvert.
Ça m’a fait ça avec le Maroc, au premier pas que j’y ai posé, à la première bouffée humée depuis le tarmac.
Et ça me fait ça chaque fois que j’y retourne. Je m’y sens en paix, à ma place.
J’y aime tout, et même l’agaçant.
C’est quelque chose de très primitif, comme un oiseau qui se mettrait à chanter là justement à cet endroit, car le soleil y est plus clément.
Je ne me l’explique pas. Je n’ai pas de lien avec ce pays.
Il m’était étranger. Il m’est devenu un grappin. Et il me manque lorsque j’en suis loin.
Comment ça se fait, comment peut on reconnaître un endroit, comme si nous le connaissions depuis toujours et avant même le toujours, sans raison raisonnable.
Je crois que, c’est comme avec les livres. Ils nous attendent.
Et il y a des moments, charnières, où ils répondent à un besoin, à une soif, où ce sont les mots justes, le quelque part juste.
Et ils deviennent pour nous cette étape dans le building de soi même.
Ils deviennent des greffes à nos origines, à notre berceau.
On se fabrique.
On ne choisit pas d’où on vient, mais on peut choisir vers où on va.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire