samedi 4 mai 2019

Futal gagnant


Jean a son nom de famille. Comme tout monsieur. Comme tout le monde.
Jean, il se nomme « Jean Atelier de Production et de Création ».
Mais tous ceux qui le connaissent lui disent « Jean Apc ».
Pour être exacte, ils sont deux frères qui vivent avec moi.
Il y a Jean-Capri Apc, et Jean-Victoire Apc.
Avoir Jean Apc dans sa vie, c’est d’abord avoir un confident.
Et c’est avoir un compagnon qui vous tire vers le haut.
Car Jean Apc, il a des exigences.
Car Jean Apc, il vous met la pression.
C’est à dire qu’avec Jean Apc, on ne peut pas se laisser aller.
L’enfiler le matin, c’est enfiler un maintien. C’est enfiler un cadre.
Il faut se jeter dedans, il faut s’y jeter, comme on court vers la mer d’un coup franc pour ne pas sentir qu’on y entre et que peut être elle est froide.
Et dès que le corps en est cerclé, il s’y emboîte et n’en bouge plus.
C’est un support, que l’habit. On s’en remet à lui. On s’y dépose.
Et avec Jean Apc, c’est littéral. Il oblige à bien se tenir, mais il fait la moitié du travail.
Il nous soutient dans tout ce qu’on fait.
On pourrait dire un corset, mais un corset des temps modernes, qui loin de torturer comme ses ancêtres, impulse de la droiture. Il tuteure, et il fait culminer.
Il en est un futal gagnant, un futal dans lequel on est gagnant.
On pourrait dire qu’il est moulant, mais il ne l’est pas. Il est ajusté. Et cette nuance est l’élégance.
Parfois en fin de journée, on ouvre son premier bouton, mais ça personne ne le sait.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire