samedi 4 mai 2019

L’incorrigible


J’ai regardé certains autres, ceux qui sont impressionnants tant ils sont impassibles.
Je me suis dis souvent qu’il faudrait ainsi apprendre à ne rien laisser transpirer.
On voudrait peut être tout maîtriser.
Mais des détails ne veulent pas rentrer dans le bon ordre.
J’ai la bouche qui s’échappe.
Je n’ai jamais su la figer. Sourire pour une photo relève de mes exploits.
Elle sort sans arrêt de ses gonds.
Une bouche indomptable qui trahit tout ce que je pense.
Une bouche qui a sa vie à elle, qui gigote dans son coin en plein milieu du visage.
Pas discrète.
Qui passe du coq aux larmes comme il lui plaît.
Parfois j’essaie de tout remettre en place. Je range. Je fais ma moue boudeuse, je la cale, et je tiens quelques minutes, concentrée.
Une tête qui se contient. Une tête pour certaines circonstances.
Et puis elle sort de nouveau de son lit.
Et elle se remet à vagabonder, et j’ai fini par la laisser faire.
Elle gambade puisqu’elle ne sait pas rester à sa place.
Puisqu’elle ne sait pas faire autrement.
J’enfonce le clou à ce spectacle.
Je mets du rouge à lèvres. C’est un rouge à lèvres très pigmenté. Comme un tube de peinture.
Souvent, je le mets mal. C’est voulu. Je le mets sans y penser. D’un geste qui s’en fiche.
Je tache mes lèvres. Comme si elles venaient de boire un verre de vin. Ou de mordre dans une figue de barbarie.
Cela me vient du film « L’Amant » de Jean-Jacques Annaud.
Dedans, Jane March a le sien qui déborde et qui n’est pas étale.
J’ai pioché là cette note parmi d’autres, et elle est devenue un marquage, un habit pour cette bouche qui n’en finit pas de se dandiner.
Avec elle je retrouve ma tête, celle que j’ai laissé sur la coiffeuse ou dans la salle de bain avant de me coucher.
La tête que l’on me connaît. La tête que l’on attend de moi.
La tête que l’on reconnaît.
Un maquillage cela sert à cela, à circonscrire ses traits, à se cerner.
Et l’imperfection, c’est un grain de beauté.
Et l’imperfection, n’appartient qu’à celui qui la porte.
Et ma bouche court toujours.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire