samedi 4 mai 2019

Rare exquis



Je suis une chineuse entêtée, effrénée. Les choses que je rapporte sont uniques, et c’est l’histoire d’une seconde décisive de les voir et de les emporter. Parfois elles ne servent à rien, elles ont alors pour elles la beauté que je leur trouve, et leur rôle c’est de me créer des images et des évasions.
À chaque objet qui entre dans ma vie, je lui appose un symbole. C’est son baptême, mais plutôt qu’un nom, il reçoit un sens. Il devient nouveau chapitre, lutte envers, repère d’un livre, couleurs dans mon hiver, son d’un départ. À l’objet suivant, je me trouve une raison pour un symbole de plus. Un trésor doit s’emplir d’un sacré.
Et c’est sans fin. Et j’y retourne la semaine suivante, et je rentre avec de nouveaux supports de sous-textes.
Il me semble que le chineur insatiable cherche en fait la lampe du génie, l’objet magique, celui qui le sauvera de tout, le porte-bonheur indéniable. Il n’avoue cela à aucun autre chineur, de peur qu’on ne le trouve avant lui.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire